//
vous lisez...

Nieuws | Actualités

Ceci n’est pas un #hashtag : j’utiliserai le mot-dièse #incrédule

Bookmark and Share

<mot-dièse>LaFranceForte… faut croire que les fonctionnaires français experts du web savent de quoi ils parlent, mais rien qu’en janvier 2013, deux décisions m’ont laissées incrédule : celle du CSA sur la possibilité de nommer désormais expressément les réseaux sociaux à la télé et la radio et cette dernière, publiée aujourd’hui dans le Journal Officiel, interdisant les fonctionnaires à utiliser le mot “hashtag”, au profit du “mot-dièse”.

Le “mot-dièse” au lieu du “hashtag” ?
Incrédule, je vous dis…, devant cette décision publiée aujourd’hui dans le Journal Officiel, qui impose l’utilisation du “mot-dièse” au lieu du “hashtag”, l’exception française par excellence. Sans encore parler de la hypocrisie de ne pas parler de Twitter, car c’est bien de ce réseau social “fonctionnant par minimessages” qu’il s’agit.
Et oh oui, ils en ont parlé jusqu’au JT des Pays-Bas de notre mot-dièse, ce qui nous fait une superbe promotion.

D’ailleurs, qui utilise les mots “croisillon” (bien oui, il s’agit du “#”), “mél” (e-mail), “ordiphone” (smartphone) ou encore “fenêtre intruse” (pop up) ?

Le CSA… et ses réflexions sur la synergie entre réseaux sociaux et la télé… quoi en penser…?
Et puis, il y avait cette autre décision ce mois de janvier par le CSA, réuni en assemblée plénière le 3 janvier (2013), qui a décidé de faciliter les mentions des réseaux sociaux à la radio et à la télévision : désormais, les chaînes peuvent afficher et expressément nommer les réseaux sociaux, et un débat est lancé pour savoir s’ils peuvent afficher “réseauxsocial/lenomdemonemission” ou non.
L’approche me semble assez “1.0″, pour répondre à des outils de la sphère du web 2.0, qui lui, serait plutôt d’accepter une portion d’autorégulation : et si on laissait les chaînes faire tels qu’ils souhaitent faire, pour ensuite les faire réagir à ce que le public en dit ? On pourrait tester pendant un an et voir ce qui en résultera, peut-être ?

“Pour Christine Kelly «ces recommandations sont une réelle avancée, car les chaînes et les radios ont besoin des réseaux sociaux pour aller chercher les téléspectateurs et les auditeurs mais aussi interagir avec eux». Christine Kelly justifie l’intérêt de ces recommandations en raison des débordements constatés en 2012 : «des reprises de logos des réseaux sociaux en plein milieu de JT, une utilisation à outrance et sans aucun contrôle dans certaines émissions, et même l’insertion du nom d’un réseau social dans le nom d’une émission».”

Lire aussi sur Scoop.it - Web 2.0 et société - et sur www.zdnet.fr

Devant les difficultés actuelles que connaît la France, je propose de mettre les fonctionnaires au travail sur des sujets plus prioritaires et moins pénalisants, ou bien, de revenir à la solution Sarkozyste.

Share

Beer Bergman

Consultante, conférencière, formatrice réseaux et médias sociaux et oui, je l'avoue, social media addict.

View BeerBergman's profile on slideshare

Archives