//
vous lisez...

Toerisme 2.0 | Tourisme 2.0

2011… Formations en Bretagne & Aquitaine, du tourisme au tourisme 2.0 – de l’écriture web

Bookmark and Share

Retour sur une année de formations e-tourisme / tourisme 2.0 : la Bretagne, car l’année 2011  a été mon année bretonne (parmi d’autres, j’avoue…) : deux cycles de formations et de conférences données au printemps et en automne dans les Pays de Redon et de la Baie de Morlaix (Finistère). Quatre groupes de stagiaires formés de prestataires touristiques, complétés par 2×2 journées d’accompagnement des personnels des deux Maisons de Tourisme. Une expérience réussie, et dont je garde d’excellents souvenirs.

C’était la première de mes formations web 2.0 qui comprenait aussi un module WordPress (création de site/blog) – jusqu’alors les formations étaient toutes centrées autour des réseaux sociaux – et cette formation a été une excellente expérience ! Car apprendre à écrire, apprendre à communiquer, apprendre à maîtriser les différents types d’écriture par rapport aux différents supports suppose la maîtrise de ces différents supports. C’est plus facile quand on peut pratiquer, et le sens de ce qu’est la “stratégie web 2.0″ est mieux compris. Pour ceux qui avaient déjà leur site web, “le WordPress” était utilisé pour s’entraîner et pour mieux comprendre la différence entre site web institutionnel (les “pages”) et le blog (les “articles”, la partie plus informelle).

D’autant plus que les prestataires touristiques, depuis quelques années, ont été habitués à remplir des fiches techniques : l’intégration des bases de données dans les portails web touristiques et les guides de séjour ont favorisé cette approche : si on présente l’information de chaque prestataire sous une forme identique, le client peut choisir en s’appuyant sur des données qu’il peut plus facilement comparer. C’est une approche qui a fait ses preuves, qui a toutes les raisons de perdurer, mais qui mérite d’être complétée par des informations subjectives : la touche personnelle, le récit de sa propre démarche personnelle, de sa passion et de son intérêt pour son territoire, le tout en s’associant à d’autres passionnés, fournisseurs comme clients.
Car surtout dans les plus petites entreprises, souvent des gîtes et chambres d’hôtes, l’accomplissement personnel des prestataires face à leurs projets est important : ce qui est le propre des prestations touristiques, ce qui décrit et donc démarque une prestation par rapport à une autre. Mais cette approche est également à réfléchir pour les restaurants, d’autres types d’hébergements et les sites touristiques : bien qu’ils soient plus institutionnels, leur “âme”  ne peut pas forcément ressortir par la fiche technique.

Suite à un module de formation sur le webéditorial, j’invite donc les stagiaires à écrire une page (partie institutionnelle) sur leur projet et une autre sur eux-mêmes. Puis un ou deux articles, pour comprendre cette partie plus informelle (blog). Un exercice périlleux pour certains, et difficile pour tous : nous n’avons pas l’habitude de nous décrire en public, et encore moins dans un environnement de travail, car “il faut à tout prix conserver la distance entre de ce qui relève du privé et du professionnel”. Sauf que… ces projets touristiques de petite taille, ce sont des projets qui sont inventés, portés, développés et vécus par des personnes de chair et de sang, qui donnent de leur personne pour vivre leurs rêves.

Alors, il n’y a rien de mieux que de se lancer et d’écrire sur un support en ligne, même si ces publications ne sont pas forcément utilisées pour figurer sur les blogs/sites web de tous mes stagiaires. Fini les textes qu’on prépare en avance sur  Word, l’écriture sur le web ne se fait pas mieux que… sur le web.

Ou, comme l’a formulé Bruno Le Lan, directeur de la Maison de Tourisme de la Baie de Morlaix :

“10 stagiaires ont suivi la première session. 13 la seconde. Ils sont hôteliers, propriétaires de chambres d’hôtes, de meublés de tourisme, de gîtes ou encore associations locales. Principalement des toutes petites structures. Pour certains ne disposant pas d’une présence en ligne. Souvent avec une vraie culture de l’internet mais parfois sans autre compétence qu’une vague capacité à échanger des mails et s’inscrire dans les réseaux sociaux.

Ils ont suivi une formation de 4 jours, très intensifs, apprenant à se connaître et découvrant des applications en ligne pour la plupart gratuites ou très peu coûteuses. Ils ont entendu que leur prestation est un produit sur un marché concurrentiel, lié à une destination bretonne, finistérienne et locale, que leur comportement individuel sur internet pouvait avoir une incidence directe dans la vente de leur “produit” mais aussi, collectivement, un impact certain sur la visibilité de la destination sur internet.
Le socle de la formation était basé sur les réseaux sociaux et sur le duo blog-site internet (principalement avec l’outil wordpress).

Vous trouverez ci-joint une thématique “Scoop.it” qui reprend le travail en cours de 12 d’entre eux. Vous comprendrez rapidement qu’il s’agit d’un travail en train de se faire. Désormais, nous allons les accompagner dans des ateliers réguliers pour qu’ils persévèrent et poursuivent la démarche.”

Comme il est dit ci-dessus, cette expérience fut, pour moi, un beau passage dans le monde du tourisme en Bretagne, et une découverte du monde tourisme 2.0 pour mes stagiaires. J’ai hâte de suivre les exploits des uns et des autres en 2012… histoire à suivre donc !

 

Share

Beer Bergman

Consultante, conférencière, formatrice réseaux et médias sociaux et oui, je l'avoue, social media addict.

View BeerBergman's profile on slideshare

Archives